momar samb

[Interview] Momar Sambe, SG du RTAS

Le mardi 9 octobre 2012, le journal “Le Pays au quotidien” a accordé un entretien à Momar Samb, SG du RTAS.

Que devient Momar Samb depuis l’élection de Macky Sall votre candidat dans le cadre de la coalition Benno Book Yakaar?

Momar Samb avec le Rta-S/Péncoo Réew poursuit le combat dans la dynamique de Bennoo Bokk Yaakaar, sur la base des accords politiques qui ont fondé les espoirs que les Sénégalais ont placés en Macky Sall et dans la coalition BBY. Deux objectifs ont été identifiés : se défaire de Abdoulaye Wade et de son régime monstrueux, d’une part et d’autre part, procéder à la refondation des institutions de la République et au redressement économique et social du pays.

Le premier objectif a été atteint pour l’essentiel avec l’élection de M.Sall, cependant nous ne sommes pas sûrs que toute la capacité de nuisance de A.Wade et  de ses souteneurs a été annihilée.  Il reste encore des séquelles de nuisance importante dans différents secteurs, économique, social, etc. Cette tâche est donc à parachever : il faut faire rendre gorge à ce régime maffieux.

Concernant le deuxième objectif, nous pouvons affirmer qu’il se pose dans toute la période à venir. Et personne ne peut encore dire de manière absolue qui l’emportera entre les forces de progrès de la seconde alternance et celles de régression.

Et tout cela se pose dans un contexte national, sous-régional et international délétère où la paix et la stabilité constituent des enjeux et défis majeurs.

Situation complexe s’il en est et qui exige des réponses complexes.

Il est apparu très clairement que certaines forces dans l’environnement immédiat et lointain de M.Sall se battent pour amener celui-ci à renier ses engagements. Il en a ainsi été des questions relatives à la durée du mandat présidentiel, à la Présidence de l’Assemblée nationale, à la suppression du Sénat, etc.

Vous l’avez remarqué, M.Sall a su résister à ces pressions pour faire valoir son slogan « la Patrie avant le Parti ». C’est tout à son honneur. Mais personne ne peut trancher la question de savoir, s’il pourra continuer à résister durablement et conséquemment pour rester dans la dynamique de « l’espoir » placé en lui par les populations et les forces de la seconde alternance. Et il faut préciser que ces forces débordent largement le cadre de BBY, pour s’étendre aux mouvements de la société civile (Y en a marre, M23, etc.), aux populations non organisées qui ont porté M.Sall et BBY au pouvoir.

Nous, en tant que Rta-S/Péncoo Réew, nous nous situons dans cette dynamique des forces de progrès de l’alternance, en assumant entièrement notre identité de Gauche. Nous avons le devoir de pousser dans cette direction du progrès, du respect des engagements pris par M.Sall devant le peuple des Assises pour la réalisation des aspirations du peuple. Voilà où nous sommes rendus aujourd’hui.

Quelle appréciation globale faites-vous de la gouvernance Macky en ce qui concerne certaines décisions controversées comme c’est cas du rallongement annoncé de la taille du gouvernement?

Il est difficile, en si peu de temps et au regard de l’héritage désastreux laissé par Wade et ses alliés, de trancher la question. Parce qu’il y a du bon et du moins bon dans cette gouvernance.

M. Sall a posé des actes positifs avec les premières mesures de réduction des prix de certaines denrées de consommation courante, de la taille du gouvernement conformément à une recommandation des Assises nationales, de certaines agences et sociétés, des salaires de hauts fonctionnaires. Il faut y ajouter l’institution d’instruments de lutte contre l’enrichissement illicite et la corruption, en plus de la traque des deniers publics transférés à l’étranger.

Pour le moins bon qui inquiète, nous retenons les nominations qui ne sont pas toujours en rupture avec ce qui existait sous A.Wade ou qui remettent en selle des Wadistes bon teint qui ont participé à la mise à sac du pays. L’annonce de l’élargissement du gouvernement est à ranger dans ce cadre.

Encore une fois, rien n’est encore définitivement plié. Nous devons continuer d’aider, de pousser dans la direction sus-indiquée. Les enjeux sont tels que, pour nous la voie salutaire pour BBY et M.Sall est de demeurer dans la dynamique de l’unité de la concertation entre alliés. Commettre l’erreur de briser BBY et d’entreprendre une gouvernance solitaire partisane serait, à notre avis, une catastrophe, tellement les tâches sont énormes, immenses, et cela menace de tous les côtés.

 Vous êtes un allié stratégique de Moustapha Niasse dans la Coalition Benno Siggil Sénégaal, aujourd’hui comment appréciez-vous les promotions faites au sein de ladite coalition au détriment de certaines figures emblématiques notamment vous même?

Beaucoup de citoyens me posent cette question. Certains sont littéralement révoltés. Mais ce qu’il faut retenir c’est que notre compagnonnage avec M.Niasse dans Bennoo Siggil Senegaal est basé sur des principes politiques clairs. Rappelons que BSS est le fruit d’une construction dans la durée, depuis le Front Siggil Senegaal, en 2007, de l’unité de forces de progrès pour atteindre les objectifs évoqués plus haut. Il ne s’est pas agi d’une allégeance à un homme. Et il faut l’avouer très sincèrement quand on se battait pour le Bennoo, on n’avait pas en ligne de mire la promotion à des postes. Néanmoins cette question mérite une attention particulière, dès lors que nous avons toujours au niveau de BSS comme dans BBY, brandi le slogan « LUTTER ENSEMBLE, GAGNER ENSEMBLE, GERER ENSEMBLE ». Il y a là un paquet de valeurs qui s’apparentent au slogan de notre parti « Réew dañ koy péncoo, ken du ko pàccoo ! ».

Cette expérience fera l’objet d’un bilan au sein du parti dans les prochaines semaines. A ce moment là, nous communiquerons largement sur la question. Pour l’heure, nous remobilisons nos forces et participons à la tâche de reconstitution du BSS.

Mais je voudrais à ce stade rappeler que les militants comme le leader du parti ont participé de manière effective à l’œuvre collective de réalisation de l’alternance et il n’est pas exagéré de souligner ici la part significative que nous avons prise dans cette œuvre d’élaboration théorique, de lutte sur tous les fronts, celui du M23, comme celui de BBY, dans les combats de rue, dans les départements, en tant que porte parole dans les meetings, comme sur les plateaux de télé et dans les stations radio. Nous avons fait notre devoir et nous, au niveau du Rta-S/Péncoo Réew, nous en sommes fiers. Du début à la fin notre loyauté n’a jamais été prise à défaut et nous n’avons jamais rechigné à la tâche. C’est notre engagement vis-à-vis de notre peuple que nous avons traduit dans cette coalition et nous continuerons quelle que soit la situation, en restant fermes sur les positions de défense des intérêts des masses populaires.