Communiqué du Secrétariat du 8 septembre 2012

Réuni le 08 septembre, le Secrétariat du Rta-S a abordé entre autres questions, celles relatives à la situation nationale dans le contexte des pluies diluviennes qui ont marqué la vie des populations sur l’ensemble du territoire.


Concernant les inondations
Le Secrétariat du Rta-S s’est incliné devant la mémoire des citoyens qui ont perdu leur vie du fait des conséquences des pluies diluviennes. Il a exprimé toute sa compassion et sa solidarité aux victimes des inondations et magnifié la solidarité agissante et exemplaire que les différentes couches de la nation ont développée dans cette période en directions des populations sinistrées.

Le Secrétariat politique tout en approuvant le déclenchement du plan ORSEC par le gouvernement, en vue de soulager les populations touchées, appelle l’attention de celui-ci sur la nécessité de considérer cette question comme un phénomène révélateur de mauvaises politiques structurelles en matière d’aménagement du territoire, d’urbanisation et d’assainissement mises en œuvre par les régimes précédents, afin d’envisager l’élaborations de politiques alternatives en rupture avec celles là. Celles-ci devraient nécessairement être construites en relation avec la lutte intransigeante contre les comportements anti-républicains qui ont noms : spoliation et spéculation foncières, corruption et détournements d’objectifs, indiscipline, anarchie et enrichissement sans cause à partir du patrimoine national transformé en biens privés par les fossoyeurs de la nation qui la gestion personnelle ou clanique  et partisane à l’exemple des autorités de la gouvernance Wadienne.

Concernant la suppression du Sénat et du poste de vice-président

Le Secrétariat politique se félicite de la mesure courageuse prise par le Président Maky Sall, en ce qu’elle rencontre la préoccupation de la plupart du peuple sénégalais.

En effet cette institution a toujours constitué aux yeux de l’opinion, un organe politiquement superfétatoire et inutile et économiquement dispendieux pour un pays dont la rareté des ressources constitue une contrainte majeure dans la prise en charge des besoins élémentaires de ses populations (eau, électricité, santé, éducation, etc.). Au surplus ce qu’en a fait Wade avait fini de le discréditer comme une sorte de chambre de recasement de sa clientèle politique.

Cependant le Secrétariat politique considère que le Sénat comme le poste de vice-président ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt et attire l’attention du Président de la République et du gouvernement de BBY sur la nécessité de traiter cette question dans le cadre global de la refondation des institutions telle que recommandée par les conclusions des Assises de manière à répondre au besoin de démocratisation approfondie, de séparation et d’équilibre des pouvoir en rupture avec le monstre légué par Wade.

Concernant la Gambie

Le Secrétariat politique salue la réaction légitime  et ferme du Président Macky Sall suite à l’exécution de sénégalais condamnés à mort en Gambie. Cet acte est en parfaite harmonie avec ce que l’on est en droit d’attendre d’un Président de la République vis-à-vis de ses compatriotes à l’étranger. Il doit constituer le début d’une rupture dans la gestion de notre politique extérieure largement corrompue sous le régime de Wade.

Cette rupture doit aller dans le sens d’une revalorisation du Sénégal à l’extérieur et la défense des sénégalais dans l’émigration.
En effet, la même préoccupation doit être de mise dans la défense des sénégalais dans les autres pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique où certains de nos compatriotes sont confrontés à des politiques xnéphobes occasionnant leur assassinat ou leur rapatriement inhumain, s’ils n sont simplement mis en détention prolongée.

Cependant, il ne faudrait pas que le règlement de cette question fasse oublier la nécessité de poursuivre la mise en place de conditions de pacification de nos relations avec les pays voisins parmi lesquels la Gambie et de résolution de la question Casamançaise.

L’héritage du régime crapuleux de Wade est lourd et le désastre est profond. C’est pourquoi il est une nécessité impérieuse de procéder à un assainissement et un redressement dans tous les domaines de la vie nationale, dans une démarche de Péncoo capable de mobiliser les forces populaires, afin que chacun joue sa partition dans ce vaste chantier de lavage à grande eau des écuries de Wade.

RÉEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !


Dakar, le 09 septembre 2012                                                                                                                                       Le Secrétariat Politique