COMMUNIQUE DE PRESSE DU 3 NOV 2011

Le Secrétariat Politique du RTA-S/Péncoo Réew s’est réuni en sa séance hebdomadaire le 03 novembre 2011 à son siège pour examiner entre autres questions la situation politique nationale.

CONCERNANT LA CANDIDATURE DE L’UNITE ET DU RASSEMBLEMENT DE BENNOO.

Le Secrétariat Politique salue le travail effectué par le groupe de facilitation pour la recherche de l’équipe et du candidat de l’unité et du rassemblement de Bennoo Siggil Senegaal.

Cependant le Secrétariat Politique est vivement préoccupé par cette longue attente du choix du capitaine d’équipe et appelle les 02 candidats à la candidature que sont Oumane Tanor DIENG et Moustapha Niasse à comprendre l’angoisse des populations dans leur attente du choix du candidat de Bennoo.

Il appelle ces leaders et leurs partis respectifs à mettre de l’avant l’intérêt des populations et de faire prévaloir ces intérêts sur ceux de leurs organisations.

Le Secrétariat Politique estime que l’attitude des partis consistant à utiliser la presse pour faire pression sur les candidats n’est pas de nature à faciliter le travail du groupe de facilitation et de tous ceux qui s’impliquent pour le choix du candidat.

La victoire de Bennoo ne serait la victoire d’aucun parti à lui seul, mais celui de tout Bennoo, des assises nationales et de tout le peuple sénégalais. C’est cette compréhension qu’il faudrait avoir.

Les populations ne pardonneraient pas à Bennoo l’impossibilité de pouvoir choisir un candidat et l’attente commence à être longue. Les populations veulent à juste titre être délivrées de cette angoisse de l’attente.

L’attente du choix de ce candidat de Bennoo montre tout l’attachement des populations à cette coalition qui est l’alternative face aux politiques libérales désastreuses de Wade et de son régime.

L’enjeu pour le RTA-S/Péncoo Réew est clair : l’émiettement des forces et de l’électorat de Bennoo peut être préjudiciable à la victoire de celui-ci. Et en conséquence, la victoire du bloc libéral au pouvoir consacrera un septennat de massacre des intérêts des masses populaires.

Ce sera un septennat de liquidation des acquis démocratiques, d’approfondissement de la corruption dans tous les segments de la société, de la division dans le mouvement syndical ouvrier et paysan, de destruction systématique de toutes les organisations professionnelles qui ont osé comme celles qui oseront tenir tête au pouvoir : CNCR, UNACOIS, etc.

Dans une telle situation, les organisations des droits de l’homme seront pourchassées, sans parler de la dislocation des partis d’opposition. Les collectivités locales gagnées par l’opposition en mars 2009 seront arrachées une à une par des mesures administratives arbitraires de redécoupage ou de simple dissolution.

Concernant les travailleurs du nettoiement.

Le Secrétariat Politique salue le combat légitime que mène le Syndicat National des Travailleurs du Nettoiement (SNTN) pour un statut précis des agents de la filière, à travers une convention collective du nettoiement.

Ces travailleurs ne réclament que la signature et la validation de cette convention. Ce qui leur éviterait tous les désagréments vécus avec les différentes sociétés de nettoiement (SIAS, AMA,VEOLIA, etc…).

Au lieu de répondre favorablement aux préoccupations de ces vaillants travailleurs qui bravent tous les jours les tas d’ordures avec tous les risques de maladies, en améliorant leurs conditions de travail et en leur payant leurs salaires à temps, le gouvernement de Wade n’a trouvé rien d’autre que de créer une nouvelle société, la SOPROSEN, en promettant de donner aux travailleurs 10% du capital de la nouvelle société.

Cette volonté de créer la SOPROSEN au détriment de la Cadak Car, met ainsi les travailleurs dans un grand désarroi. En effet ces derniers redoutent la réticence des banques à accompagner le processus et surtout le blocage de la mutuelle de santé du fait ‘’ de l’absence de la participation patronale et le non reversement des cotisations sociales’’, comme ils le disent.

Les travailleurs ne comprennent d’ailleurs pas la précipitation avec laquelle le gouvernement  veut créer cette nouvelle société et s’interrogent sur l’implication des investisseurs étrangers qui ne sont mus que par leurs profits exorbitants.

Par ailleurs, c’est au dernier moment que les concessionnaires en grève pendant plusieurs jours, laissant la ville sous des tas d’ordures, ont vu leur exigence de paiement satisfaite. C’est de l’irresponsabilité structurelle que de laisser ainsi pourrir les situations pour jouer les sapeurs pompiers au dernier moment !

En réalité, Wade veut dessaisir la ville de Dakar de la gestion des ordures pour des raisons purement politiciennes à l’image de ce qu’il est en train de faire avec les marchands ambulants. C’est même odieux ! GOUVERNANCE DE CORRUPTION ET DE CHANTAGE ! Voilà à quoi nous a habitué Wade depuis son avènement à la tête du pays.

Il aurait mieux à faire en se préoccupant des délestages qui reviennent en force, la recrudescence de la violence entraînant une insécurité surtout dans la banlieue.

Concernant les évènements de Fanaye.

Le Secrétariat Politique fustige avec la plus grande vigueur l’attitude irresponsable du gouvernement de Wade à vouloir dessaisir les populations de Fanaye de leurs terres au profit d’un privé italien (20.000ha) sous le fallacieux prétexte que cela développerait la localité  et rapporterait des milliards. A qui ?

Ce projet odieux aurait pour conséquences immédiates le déplacement de plus de 60 villages et hameau, la destruction d’un des plus grands cheptels de bovins, ovins, caprins, équins,la destruction de plusieurs milliers d’hectares de forets classés,la profanation de cimetière et mosquées,la mise en chômage de  milliers  d’éleveurs et agriculteurs vivants dans le site..

Il faut mettre un terme à cette boulimie foncière de Wade et son régime qui reprennent aux populations ce qu’elles ont de plus cher  : leurs terres, y compris des cimetières.

Comment peut on faire le bonheur des populations sans et contre eux ? Les populations de Fanaye exigent purement et simplement l’arrêt de ce projet macabre et non sa suspension.

Le Secrétariat Politique salue la vaillante résistance des populations qui a  fait reculer finalement le pouvoir au prix d’une vingtaine de blessés et 2 morts. Mais elles restent vigilantes car Wade et son gouvernement n’ont pas encore abdiqué. Le Secrétariat Politique exige que toute la lumière soit faite sur ce crime odieux et que les responsables et commanditaires soient sanctionnés. Hier Sangalkam, aujourd’hui Fanaye, et demain à qui le tour ?

Concernant le cas de Malick Noël Seck

Le Secrétariat Politique estime que la condamnation du jeune Malick Noël Seck est une mesure de répression et d’intimidation. De répression de toute tentative à s’élever contre le pouvoir et ses affidés et une manière de brandir l’épée de Damoclès sur la tête des opposants surtout des jeunes de Bennoo et le M23.

Le Secrétariat Politique exige la libération de Malick Noël Seck qui n’a fait qu’exprimer son ras-le-bol face au « Maa tey » de Wade et mis le conseil constitutionnel face à ses responsabilités.

RÉEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !

Dakar, le 3 novembre 2011

Le Secrétariat Politique