communique2-RTAS

Communiqué RTAS du 03 Septembre 2013

Le Secrétariat Politique du Rta-S/Péncoo Réew s’est réuni en sa séance hebdomadaire du 03 septembre 2013 pour examiner, entre autres questions, la situation nationale et internationale.

 

I-CONCERNANT LA SITUATION NATIONALE

 

1-Sur le remaniement gouvernemental

Le Secrétariat Politique salue le maintien de la dynamique Bennoo Bokk Yaakar qui manifeste l’expression d’une volonté du Président de la République affirmée par son Directeur de cabinet parlant de rechercher la cohérence et l’efficacité dans les changements opérés au sein de l’attelage gouvernemental. Il estime qu’un gouvernement doit répondre aux attentes des populations et qu’en conséquence, ce nouveau gouvernement ne pourra être jugé qu’en fonction des résultats attendus.

Pour le Rta-S/Péncoo Réew, au-delà du choix des hommes et femmes et des responsabilités qui leur sont confiées, il est important, sinon décisif pour rendre le gouvernement plus performent, de créer plus de cohérence politique permettant à chaque responsable de département ministériel et son équipe de s’approprier la vision, les orientations stratégiques et le programme déclinant celles-ci afin que chacun dans son domaine réalise sa feuille de route en articulation avec les autres départements, d’une part et d’autre part, en rapport avec la vision globale projetée par le Président de la République. C’est, nous semble-t-il, la meilleure manière d’asseoir une équipe cohérente, mobilisée dans une même direction, selon une démarche harmonisée pour l’atteinte des objectifs définis.

 

2-Sur la gestion des inondations :

Le Secrétariat Politique salue les efforts fournis cette année par le gouvernement pour la prise en charge des problèmes provoqués par les inondations. Cela a permis, objectivement, d’atténuer les souffrances des populations avec l’évacuation rapide des eaux, grâce à la mise en place des motopompes et la mise à contribution de la Senelec pour la fourniture de l’électricité. Le Secrétariat salue particulièrement l’option des solutions à moyen et long termes, à travers la réalisation d’infrastructures lourdes pour des solutions durables. La participation des populations victimes des inondations dans l’attribution des logements est une démarche de rupture à saluer car évitant à des non ayant droits de disposer de ces logements à la place des bénéficiaires légitimes. Il faut, cependant, que le gouvernement communique plus amplement sur les efforts entrepris, les objectifs visés en tenant un discours de vérité aux populations et en mettant définitivement fin à l’attribution de terrains dans des zones non habitables.

 

3-Sur la bonne gouvernance

Le Secrétariat Politique salue le travail entrepris dans le domaine de la traque des biens mal acquis et encourage le gouvernement à persévérer sans faiblesse aucune dans la traque des délinquants financiers afin de leur faire rendre gorge. C’est le lieu de saluer les actes posés, dans ce cadre, par l’ancien Ministre de la Justice devenu Premier Ministre.

Le dernier rapport de l’IGE édifie quiconque pouvait encore en douter sur le caractère particulièrement crapuleux de la gouvernance du régime de WADE, la sophistication des techniques d’enrichissement sans cause utilisées, entre autres. Du reste, si certains des anciens gouvernants acceptent de transiger, c’est qu’ils avouent leur forfaiture.

C’est pourquoi le Secrétariat Politique demeure convaincu que la chasse des pilleurs de la république doit se poursuivre de manière plus décisive. Aucune faiblesse ne peut être admise dans ce cadre. En vérité, le nouveau gouvernement est fortement attendu sur ce chantier. Il y va de la préservation des deniers de la république comme de l’implantation définitive de l’éthique de gouvernance dans la gestion des affaires publiques et dans l’esprit de tous les Sénégalais.

Sur le même registre, le rapport de l’ARMP mérite d’être cité pour ce qu’il a permis de dévoiler encore une fois les astuces par lesquelles les anciens gestionnaires distrayaient, avec un art consommé, les ressources publiques. De ce point de vue, et pour réaliser les ruptures tant attendues dans ce domaine, aucune institution ou démembrement de l’Etat ne doit échapper à la vigilance de l’ARMP quant au respect scrupuleux des normes édictées dans le code des marchés.

 

4-Sur la réforme du système éducatif

Le Secrétariat Politique demande au gouvernement d’engager des négociations sérieuses avec les organisations syndicales du secteur afin que des solutions consensuelles soient trouvées dans l’intérêt de l’école, des élèves et des étudiants. La réforme de l’enseignement supérieur dont les mesures viennent d’être fixées en Conseil présidentiel ne peut prospérer que dans une bonne articulation avec les ordres d’enseignement inférieurs. Dès lors, il est impératif que le gouvernement aménage un espace, une plateforme, permettant de réaliser cette articulation tant au plan des orientations que dans son caractère fonctionnel. Par ailleurs, le Secrétariat Politique considère, concernant l’augmentation du montant des inscriptions dans l’enseignement supérieur, que s’il y a un consensus dans ce domaine, il serait fort utile de trouver avec les étudiants eux-mêmes des modalités de réalisation qui fassent l’économie de toute contestation susceptible de perturber l’année académique à venir.

 

I-CONCERNANT LA SITUATION INTERNATIONALE

 

1-Sur l’Egypte

Le Secrétariat Politique dénonce les massacres dont ont été victimes des populations, lors des manifestations anti-coup et exprime la nécessité pour toutes les forces politiques en conflit d’œuvrer, par le dialogue, à l’instauration d’une paix entre elles pour l’intérêt supérieur de la nation égyptienne. Il encourage le gouvernement sénégalais et son Président, M.Macky SALL qui a déjà annoncé sa volonté de contribuer, à travers l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), dont le Sénégal est membre, à pousser de toutes leurs forces dans une telle direction.

 

2-Sur la Syrie

Le Secrétariat Politique est particulièrement préoccupé par l’attitude belliqueuse et irresponsable des gouvernements des pays comme la France et les Etats-Unis qui ont décidé d’attaquer Damas sous prétexte de « punir » Bachar Al ASSAD d’avoir utilisé des produits chimiques dans sa lutte contre les rebelles armés et encadrés par les puissances occidentales. Depuis des mois, celles-ci tentent, par médias interposés, de manipuler l’opinion afin de lui faire accepter la nécessité d’abattre Bachar Al ASSAD, présenté comme le diable à côté de rebelles de tout acabit dont le seul accord en leur sein est la destitution d’ASSAD.

Au nom de quoi, à quel titre, au nom de quelle légitimité, les gouvernements américains et français devraient, en dehors des instances Onusiennes et avant même la proclamation des résultats des enquêtes de celles-ci, attaquer la Syrie ? Après l’Irak plongé dans le chaos et dont le mensonge qui a servi à la destruction du régime de Saddam froidement assassiné est mondialement reconnu comme l’un des plus gros de l’histoire de l’humanité, après l’écrasement du régime libyen et l’assassinat odieux de Khadafi, voici que les puissances occidentales veulent procéder de même pour la Syrie.

Le Rta-S/Péncoo Réew dénonce avec la dernière énergie une telle politique qui ne traduit qu’une volonté : celle d’anéantir un régime dont le seul crime est de vouloir rester souverain dans ses choix politiques, économiques et sociaux.

Par la même occasion, le Rta-S/Péncoo Réew salue le courage et la dignité du peuple britannique qui a refusé de cautionner l’attaque de la Syrie par son gouvernement et lance un appel à tous les démocrates pour se mobiliser et élever une vive protestation contre cette agression annoncée depuis longtemps. PETITIONNONS, ECRIVONS, MARCHONS CONTRE LES AGRESSIONS QUI SE PREPARENT CONTRE LE PEUPLE DE SYRIE.

 

Fait à Dakar le 03 septembre 2013                                                         Le Secrétariat Politique

communique2-RTAS

Communiqué RTAS 26 MARS 2012

Le Secrétariat Politique du Rta-S/Péncoo Réew s’est réuni en sa session hebdomadaire le 26 mars 2013 pour examiner entre autres questions la situation nationale.

  • Sur les élections locales de 2014

Les élections locales constituent aujourd’hui un point de focalisation dans l’espace politique suscitant toutes sortes de passions particulièrement au niveau de la coalition BBY que dans tout l’espace politique. A tel point que beaucoup d’observateurs prédisent l’éclatement de la coalition Présidentielle.

Pour le Rta-S/Péncoo Réew la question des collectivités locales est l’affaire des populations dans chaque localité pour une gestion démocratique du développement de celle-ci. Ainsi les élections locales devraient être considérées pour ce qu’elles sont réellement et la confection des listes dans le cadre des alliances ne doit obéir qu’à la logique d’une démocratie participative mobilisant et responsabilisant les populations de la localité considérée.

Il doit donc être hors de question pour les partis de la coalition BBY d’en faire un enjeu national, une question de vie ou de mort pour chaque partie prenante de la coalition. Pour le Rta-S/Péncoo Réew, les positions partisanes étroites doivent céder le pas aux intérêts et à la volonté des populations concernées à qui revient la liberté de porter à la tête de leur collectivité l’homme ou la femme de leur choix quelle que soit leur affiliation politique.

Dans cet ordre d’idée, le sens des responsabilités voudrait que l’on préserve l’unité de la coalition BBY afin qu’elle puisse s’occuper de manière satisfaisante des questions fondamentales d’envergure nationale dont la prise en charge nécessite la mobilisation optimale et unitaire de toutes les forces politiques et sociales de progrès dans tous les secteurs.

Par rapport à l’idée de report des élections locales brandie ici ou là, le Secrétariat Politique exprime son opposition à cette proposition. Il estime qu’on ne peut pas prétexter des difficultés qu’aurait telle ou telle coalition pour justifier d’un report des élections. Cela serait un reniement de tous les engagements antérieurs forgés dans le combat acharné contre le régime de Wade pour le respect du calendrier républicain. Pour le Rta-S/Péncoo Réew, la rupture politique appelée de tous ses vœux par le peuple doit commencer par le respect du calendrier électoral.

Sur un autre registre, le Secrétariat Politique estime aussi que l’élection des Maires, Présidents de Conseils ruraux ou régionaux au suffrage universel direct est beaucoup plus démocratique. Car, il est plus conforme au principe de transparence que les populations sachent dès le départ qui sera leur Maire, Président de Conseil rural ou régional et qu’elles lui accordent leurs suffrages en toute connaissance de cause. C’est dans cette mesure qu’on pourrait réellement parler d’expression libre de la volonté populaire.

Une telle option, en cohérence avec la recommandation des Assises Nationales dans ce domaine précis, serait à même d’éviter les combinaisons politiciennes et la corruption au sein des élus locaux pour élire le Maire, le Président du Conseil rural ou régional, sur le dos des électeurs, en violation de la volonté de ceux-ci.

Dans une telle perspective, le Secrétariat Politique considère qu’il faudrait, procéder à la révision du code des collectivités locales afin de mieux responsabiliser les membres des bureaux des collectivités locales en rééquilibrant les pouvoirs en leur sein de sorte que les décisions soient collégiales et ne soient pas laissées à la discrétion exclusive du Maire ou du Président du Conseil rural ou régional.

  • Sur la situation de l’école publique

Le Secrétariat Politique se désole de la situation qui prévaut dans le monde scolaire pris dans la spirale d’une instabilité chronique, avec les grèves répétées qui risquent à terme d’installer le système éducatif dans une impasse irréversible.

Le Secrétariat Politique estime inadmissible que des enseignants puissent encore aller en grève du fait du non paiement de leurs salaires ou indemnités et appelle le gouvernement à prendre les mesures d’ordre structurel nécessaires pour mettre fin à de pareilles situations.

Il en est de même pour la situation des bacheliers obligés d’attendre jusqu’au mois de février ou mars pour être orientés et des étudiants dont les résultats des examens sont proclamés plus de 04 mois après le début de l’année académique.

Devant une telle situation, des plus sombres pour l’école sénégalaise, constitutive pour l’essentiel du lourd héritage légué par le régime défunt du Pds, le Rta-S/Péncoo Réew  estime qu’il faut rompre la spirale d’instabilité, pacifier l’espace scolaire et permettre un déroulement normal des enseignements.

Voilà pourquoi, le Secrétariat politique demande au gouvernement d’engager les concertations nationales sur le système éducatif, selon une vision articulant ses différents paliers, de l’élémentaire au supérieur, dans une démarche inclusive impliquant les acteurs et partenaires de l’école pour poser tous les problèmes et leur trouver des solutions consensuelles. Ce sera ainsi l’occasion de décrire type de sénégalais à bâtir articulé au projet de société à construire afin d’élaborer des programmes adaptés aux besoins de développement du pays.

Dans cette optique, le Secrétariat politique lance un appel aux enseignants afin qu’ils réfléchissent sur des formes de lutte autres que la grève à même de préserver la scolarité des élèves et étudiants et de contribuer à sauver l’enseignement public du naufrage. Car, outre la défense légitime de leurs intérêts corporatistes, les enseignants ont eu toujours à cœur la défense de l’école publique.

  • Sur la traque des biens mal acquis

Le Secrétariat Politique encourage le gouvernement à poursuivre sans faiblesse aucune cette option de faire rendre  gorge aux délinquants financiers à col blanc. Que ceux qui ont détourné les deniers publics les rendent jusqu’au dernier centime sans bénéficier d’aucune concession.

Par conséquent, le Secrétariat Politique rejette ce qui est appelé « médiation pénale » avec les pilleurs de la république au moment où les populations exigent la restitution de leurs biens. Il est immoral d’envisager un marchandage dans lequel un pourcentage des sommes détournées pourrait être cédé aux voleurs de la République.

Ce serait ni plus ni moins une légitimation du détournement et un signe d’encouragement donné à tout gestionnaire des biens publics à piller sans retenue le patrimoine national. L’option du pouvoir doit être, par des mesures répressives exceptionnelles à l’encontre des criminels économiques, de dissuader tous ceux qui pourraient être tentés, aujourd’hui et demain, de faire main basse sur les deniers publics, fruit du labour des masses ouvrières et populaires de ce pays.

 

Fait à Dakar le 26 mars 2013                                                                      Le Secrétariat Politique 

 

momar_samb-rtas

Le RTAS et les élections locale de 2014 « Une affaire des populations et non de parti »

«Les positions partisanes étroites doivent céder le pas aux intérêts et à la volonté des populations concernées à qui revient la liberté de porter à la tête de leur collectivité l’homme ou la femme de leur choix quelle que soit leur affiliation politique ». C’est la position défendue par le Rassemblement des travailleurs africains (Rta-s) d’El Hadj Momar Samb au sujet des élections locales prochaines et estime «qu’il doit donc être hors de question pour les partis de la coalition BBY d’en faire un enjeu national, une question de vie ou de mort pour chaque partie prenante de la coalition».

Ainsi les élections locales «devraient être considérées pour ce qu’elles sont réellement et la confection des listes dans le cadre des alliances ne doit obéir qu’à la logique d’une démocratie participative mobilisant et responsabilisant les populations de la localité considérée». Pour le Rta-S, «il doit donc être hors de question pour les partis de la coalition BBY d’en faire un enjeu national, une question de vie ou de mort pour chaque partie prenante de la coalition ». Et de soutenir que «les positions partisanes étroites doivent céder le pas aux intérêts et à la volonté des populations concernées à qui revient la liberté de porter à la tête de leur collectivité l’homme ou la femme de leur choix quelle que soit leur affiliation politique»

Préserver l’unité de Bennoo

Dans cet ordre d’idée, «le sens des responsabilités voudrait que l’on préserve l’unité de la coalition BBY afin qu’elle puisse s’occuper de manière satisfaisante des questions fondamentales d’envergure nationale dont la prise en charge nécessite la mobilisation optimale et unitaire de toutes les forces politiques et sociales de progrès dans tous les secteurs»

Par rapport à l’idée de report des élections locales brandie ici ou là, le Secrétariat Politique «exprime son opposition à cette proposition». Il estime «qu’on ne peut pas prétexter des difficultés qu’aurait telle ou telle coalition pour justifier d’un report des élections. Cela serait un reniement de tous les engagements antérieurs forgés dans le combat acharné contre le régime de Wade pour le respect du calendrier républicain»
Pour le Rta-S/Péncoo Réew, «la rupture politique appelée de tous ses vœux par le peuple doit commencer par le respect du calendrier électoral»

 Elire au suffrage universel direct

Sur un autre registre, le Secrétariat Politique estime aussi que «l’élection des Maires, Présidents de Conseils ruraux ou régionaux au suffrage universel direct est beaucoup plus démocratique». Car, «il est plus conforme au principe de transparence que les populations sachent dès le départ qui sera leur Maire, Président de Conseil rural ou régional et qu’elles lui accordent leurs suffrages en toute connaissance de cause». Et de soutenir que «C’est dans cette mesure qu’on pourrait réellement parler d’expression libre de la volonté populaire». D’ajouter qu’une telle « option, en cohérence avec la recommandation des Assises Nationales dans ce domaine précis, serait à même d’éviter les combinaisons politiciennes et la corruption au sein des élus locaux pour élire le Maire, le Président du Conseil rural ou régional, sur le dos des électeurs, en violation de la volonté de ceux-ci».

Dans une telle perspective, le Secrétariat Politique considère «qu’il faudrait, procéder à la révision du code des collectivités locales afin de mieux responsabiliser les membres des bureaux des collectivités locales en rééquilibrant les pouvoirs en leur sein de sorte que les décisions soient collégiales et ne soient pas laissées à la discrétion exclusive du Maire ou du Président du Conseil rural ou régional»

 L’école publique dans la tourmente

Par ailleurs, le Secrétariat Politique «se désole de la situation qui prévaut dans le monde scolaire pris dans la spirale d’une instabilité chronique, avec les grèves répétées qui risquent à terme d’installer le système éducatif dans une impasse irréversible». El Hadj Momar Samb et ses camarades estiment «inadmissible que des enseignants puissent encore aller en grève du fait du non paiement de leurs salaires ou indemnités et appelle le gouvernement à prendre les mesures d’ordre structurel nécessaires pour mettre fin à de pareilles situations»

Il en est de même «pour la situation des bacheliers obligés d’attendre jusqu’au mois de février ou mars pour être orientés et des étudiants dont les résultats des examens sont proclamés plus de 04 mois après le début de l’année académique».

Devant une telle situation, «des plus sombres pour l’école sénégalaise, constitutive pour l’essentiel du lourd héritage légué par le régime défunt du Pds», le Rta-S/Péncoo Réew  estime «qu’il faut rompre la spirale d’instabilité, pacifier l’espace scolaire et permettre un déroulement normal des enseignements»

C’est pourquoi, le Secrétariat politique demande au gouvernement «d’engager les concertations nationales sur le système éducatif, selon une vision articulant ses différents paliers, de l’élémentaire au supérieur, dans une démarche inclusive impliquant les acteurs et partenaires de l’école pour poser tous les problèmes et leur trouver des solutions consensuelles». Dans cette optique, le Secrétariat politique lance un appel aux enseignants afin «qu’ils réfléchissent sur des formes de lutte autres que la grève à même de préserver la scolarité des élèves et étudiants et de contribuer à sauver l’enseignement public du naufrage. Car, outre la défense légitime de leurs intérêts corporatistes, les enseignants ont eu toujours à cœur la défense de l’école publique»

 Aller jusqu’au bout…

Concernant la traque des biens mal acquis, le  Secrétariat Politique «encourage le gouvernement à poursuivre sans faiblesse aucune cette option de faire rendre  gorge aux délinquants financiers à col blanc ». Et d’ajouter que «ceux qui ont détourné les deniers publics les rendent jusqu’au dernier centime sans bénéficier d’aucune concession».

Par conséquent, le Secrétariat Politique «rejette  la «médiation pénale » avec les pilleurs de la République au moment où les populations exigent la restitution de leurs biens». Il trouve «immoral d’envisager un marchandage dans lequel un pourcentage des sommes détournées pourrait être cédé aux voleurs de la République». Et d’ajouter que «ce serait ni plus ni moins une légitimation du détournement et un signe d’encouragement donné à tout gestionnaire des biens publics à piller sans retenue le patrimoine national». Pour El Hadj Momar Samb et ses camarades, «l’option du pouvoir doit être, par des mesures répressives exceptionnelles à l’encontre des criminels économiques, de dissuader tous ceux qui pourraient être tentés, aujourd’hui et demain, de faire main basse sur les deniers publics, fruit du labour des masses ouvrières et populaires de ce pays».

Source: SudOnline

communique2-RTAS

[DECLARATION] Soutenons la lutte des ex-travailleurs de Transplast !

Ce lundi 04  février 2013, le Collectif des ex-travailleurs de Transplast organise une marche pour faire connaître à l’opinion nationale et internationale le calvaire qu’ils vivent depuis des années et exiger des autorités le respect de leurs droits.

En effet, ces travailleurs, au nombre de 292, sont victimes d’une injustice : déflatés en 1989, ils se sont battus de toutes leurs forces, mais la société Transplast est mise en liquidation. En 2003, celle-ci et son liquidateur sont condamnés à payer aux travailleurs la somme de 736 millions.

Depuis, malgré le fait que la justice leur ait donné raison, ils peinent à rentrer dans leurs droits, du fait des agissements du syndic chargé de la liquidation de l’entreprise. C’est inhumain !!! Non contents de priver ces travailleurs de leur outil de travail, le patronat et ses complices, au mépris de toute dignité humaine, refusent de respecter leur droit.

Le RTA-S/Péncoo Réew soutient cette juste lutte des ex-travailleurs de Transplast et exige la satisfaction de leurs revendications par une application pure et simple de la décision de justice concernant cette affaire.

Le RTA-S/Péncoo Réew appelle toutes les forces démocratiques et les organisations des droits de l’homme à soutenir cette lutte des travailleurs pour la survie et demande au pouvoir de faire respecter le droit des travailleurs à la dignité. Cela entre aussi dans le cadre d’une gouvernance vertueuse.

 

RÉEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !

 

Dakar, le 04 février 2013                                                                                                             Le Secrétariat Politique 

communique2-RTAS

Communiqué du 12 Décembre 2012

Le Secrétariat politique du Rta-S/Péncoo Réew s’est réuni en sa séance hebdomadaire, le 11 décembre 2012, pour examiner entre autres questions la situation politique nationale.

Sur les activités internes, le secrétariat demande aux camarades de bien préparer le bureau politique du 23 décembre 2012.

Concernant la reconstitution du BSS, le secrétariat invite les  camarades à continuer le travail en cours pour une bonne participation au séminaire.

Pour ce qui est de l’Unité des forces de la Gauche, le Secrétariat exhorte les militants à poursuivre les efforts d’unification entamés.

Concernant la situation nationale

Le secrétariat se félicite du travail entamé par la CREI et exhorte la justice à faire rendre gorge aux délinquants financiers de l’ancien régime. De même, il soutient le gouvernement de BBY dans sa volonté plusieurs fois exprimée et traduite en pratique par la mise en place d’un dispositif conséquent de poursuivre sans trembler dans la voie indiquée pour le triomphe de la justice.

Le secrétariat estime que la manifestation du Pds à la place de l’Obélisque est une manœuvre de diversion dont le seul but est de se positionner en martyr politique du régime en place, pour susciter de la compassion auprès de l’opinion et exercer un chantage sur le pouvoir.

C’est du reste indécent et un tantinet provocateur de la part de ces prédateurs d’avoir le toupet de sortir le bout du nez, après les crimes les plus odieux perpétrés durant les 12 années d’enfer du régime de Wade : 420 milliards pour l’Anoci, 26 milliards pour la Statue, 70 milliards pour le Fesman, etc. et les tentatives de corruption les plus HONTEUSES que le monde ait connues avec l’affaire Segura, etc.

Le gouvernement a posé des actes positifs qu’il faut encourager et soutenir. LA BATAILLE POUR LE RAPATRIEMENT DES BIENS MAL ACQUIS N’EST PAS LA BATAILLE DU SEUL GOUVERNEMENT MAIS CELLE DE TOUS LES DEMOCRATES AU SENEGAL COMME DANS LA DIASPORA.  C’est le peuple sénégalais dans son ensemble qui exige la reddition des comptes. Le Pds a été défait lors des élections, il faut lui enlever toute capacité de nuisance. IL DOIT RENDRE GORGE !

Au lieu de se demander si le gouvernement ira jusqu’au bout, toutes les forces démocratiques doivent pousser dans le sens des actes déjà posés par celui-ci du rapatriement de l’argent public détourné et non développer un scepticisme quant à la volonté du pouvoir de continuer l’action entamée. C’EST CELA L’AXE PRINCIPAL DE LA BATAILLE. Sinon c’est se mettre dans une position de « neutralisme » impuissant, inopérant et qui ne peut que faire le jeu du Pds. Aucune coalition de BBY, aucun mouvement démocratique (M23, Yen a marre, etc.) ne doit se détourner de ce combat !

Sur un autre registre, le secrétariat salue la mesure annoncée par le ministre du commerce de faire  baisser les prix du ciment et d’autres denrées.  Il exhorte le gouvernement à baisser davantage les denrées de première nécessité comme le riz, l’huile le sucre, etc. C’est dans ce sens que le nouveau pouvoir est attendu : la satisfaction de la demande sociale.

Le secrétariat politique salue la libération des militaires pris en otage par le MFDC. C’est là un pas très positif dans la recherche de la paix et la résolution pacifique de la question casamançaise.  Il faut que le dialogue soit inclusif et se fasse avec toutes les parties prenantes, sans exclusion d’aucune faction. Il faut saluer tous ceux qui ont été impliqués dans la gestion de cette affaire et qui ont fait le travail dans la discrétion, sans le flonflon et le tintamarre auxquels nous avait habitués Me Abdoulaye Wade.

Par ailleurs, le secrétariat est préoccupé par la situation scolaire avec les revendications des enseignants.  Il est tout de même inadmissible que des enseignants travaillent jusqu’à la fin du mois sans recevoir leur salaire. Le salaire est vital pour tout travailleur et sa famille. En ce sens, IL DOIT ETRE SACRALISE par le gouvernement et toute la communauté.

Il faut aussi que le gouvernement respecte les engagements fermes pris en direction des enseignants comme des autres agents des autres secteurs. Il y va même de sa crédibilité et de la stabilité du pays, particulièrement des systèmes éducatif et sanitaire.

Dans le même ordre d’idées, le secrétariat Politique dénonce le non paiement pendant deux mois des salaires aux agents du Conseil régional de Dakar. Le Secrétariat exprime son soutien militant à ces travailleurs dans leur combat autour de leurs revendications légitimes.

 

REEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !

 

Fait à Dakar, le 13 décembre 2012.                                                                        Le Secrétariat Politique