Wade_pere_fils

Communiqué de presse

Le Secrétariat politique du Rta-S/Péncoo Réew s’est réuni le 13 novembre 2012 pour examiner entre autres questions la situation politique nationale, suite à l’appel à la mobilisation du PDS pour s’opposer au pouvoir de l’alternance : une véritable déclaration de guerre.

 

Depuis l’annonce par le procureur de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CEI) de la convocation de certains pontes de l’ancien régime, parmi lesquels le fils de Abdoulaye WADE, ancien Président de la République, c’est le branlebas de combat chez les libéraux qui comme pris de panique vocifèrent à se fendre l’âme contre la mesure de la CEI.

Dans cette hystérie libérale, les plus folles révélations sont faites par les dirigeants de cette famille. Wade en personne a décidé de venir assister son fils et diriger la résistance contre cette mesure. Estimant que c’est à lui qu’on en veut et personnalisant de manière outrancière la convocation de son fils, Wade avoue « C’est à moi que Macky devait s’en prendre et non à Karim. C’est moi qui lui ai offert une partie de sa fortune comme je l’ai fait pour Macky Sall et tant d’autres. Si je les ai enrichis, lui (Macky) et les autres, avec mes fonds politiques, pourquoi je ne donnerais pas de l’argent à Karim ? Il l’a bien dit lors de ses auditions, mais ils (Macky et son régime) veulent lui créer des problèmes. Si c’est à moi qu’ils veulent, on y va. A la guerre comme à la guerre. » (cf.L’Observateur N°2743, du lundi12 Novembre 2012)

Wade révèle ainsi que c’est uniquement le sort de son fils qui le préoccupe. Et il sait pertinemment que son rejeton doit être sérieusement dans de sales draps pour tenter le couvrir comme il le fait. En outre, les aveux en disent long sur les pratiques scandaleuses qu’il a développées tout au long de son règne à la tête du pays. Il a puisé à pleines mains, sans retenue, dans les deniers de l’Etat, l’argent public, fruit du labeur des millions de Sénégalais pour enrichir ses amis et sa famille. C’est là un aveu de culpabilité pour détournement d’objectif. Car, l’argent des Fonds politiques n’a pas pour fonction d’enrichir des parents et des amis ou de se payer des terres, à plus d’un milliard de nos francs.

Cela ne suffit-il pas pour que l’autorité judiciaire compétente en la matière s’autosaisisse pour interpeller Wade afin qu’il rende compte de ses actes de distraction des biens publics, de prévarication et de concussion ?

Le coordonnateur du PDS, Omar Sarr lui, également avance dans les menaces, à demi pas « Macky sait que je sais et il sait que d’autres responsables du PDS savent » en ajoutant « Tout le monde sait d’où il (Macky) est parti et aujourd’hui, quelle est sa situation. Jusqu’à présent, nous avons été calmes, mais s’il ne s’arrête pas, nous allons publier ce que nous savons. Nous avons déjà commencé à ouvrir nos carnets ».

C’est ce qu’on appelle en langage simple du CHANTAGE. Pour d’anciens ministres de la République, homme d’Etat, cela nous donne une idée exacte de la nature de ces hommes : des maîtres chanteurs. Et tout le monde sait que le chantage est un crime puni par nos lois. Ici, également, la justice devrait pouvoir s’autosaisir pour traiter de cette question.

Personne n’oubliera dans ce pays que le nom de cet homme a été mêlé à une sordide affaire de chantage sexuel par adversité politique.

La préoccupation qui sourd derrière de telles déclarations n’est pas celle de défendre la justice ou l’intérêt suprême du peuple spolié, volé, mais de défendre ses intérêts égoïstes de leurs petites personnes.

Ils sont prêts pour ces intérêts étroits, si la justice arrêtait de les inquiéter, de la fermer et de brûler leurs carnets. Ils ne se sentent pas en devoir, en responsabilité de faire éclater la vérité, de faire triompher la justice et de restituer les biens au peuple.

Dès lors, ils se mettent ouvertement, publiquement, toute honte bue dans le camp des fossoyeurs de la nation, des spoliateurs des biens publics, d’apatrides !

C’est la même mentalité de maître-chanteur, prêt à se faire le complice de tous les crimes que nous retrouvons chez Abdoulaye Baldé, ancien ministre de Wade, qui, se faisant l’écho de ces cris d’orfraie, va plus loin en déclarant : « Si c’est comme ça qu’on veut diriger ce pays, personne n’est plus lié par le secret professionnel parce qu’il faudra se défendre. On connaît des choses. On a été avec eux dans le pouvoir. On sait par où ils sont passés pour avoir l’argent qu’ils ont eu par des moyens parfois pas orthodoxes. Par conséquent, nous parlerons quand ils parleront, parce que déballages pour déballages… » (Cf. L’AS, sam.10, dim.11 nov. 2012, p.5).

Les langues de délient sous la pression de la CEI. L’aveu ici est encore plus grave. Il indique que les moyens d’enrichissement ne sont pas seulement ceux exposés par Wade, les fonds politiques (ils ont bon dos !), mais de manière « pas orthodoxe ».

Voilà le type d’hommes qui parlent développer des plans d’actions pour déstabiliser le pays, faire chanter le Président de la République et arrêter la main de la justice, après avoir dilapidé les richesses du pays, à travers les opérations les plus nébuleuses telles que la statue de la Renaissance pour plus de 26 Milliards, l’Anoci pour plus de 400 milliards, pour le Fesman pour plus de 70 milliards, etc., en plus de la spoliation des milliers d’hectares sur l’ensemble du territoire (dont l’exemple le plus scandaleux est celui de MBANE). Ne parlons pas des tentatives corruption avérée de journalistes, de fonctionnaires du FMI, SEGURA, etc.

Ces gens-là ne méritent aucune complaisance, aucune pitié. Ils doivent rendre gorge et subir comme il se doit les rigueurs de la loi. C’est une exigence de toute option de rupture avec les anciennes politiques de patrimonialisation des biens publics, une exigence de reconstruction économique, morale pour le développement de notre pays. Mais c’est également et surtout une attente du peuple seul victime de ces politiques de détournement des deniers publics.

Le Rta-S/Péncoo Réew condamne avec la plus grande énergie la dernière sortie du Pds et les déclarations de ses dirigeants. Il appelle toutes forces démocratiques à rester vigilantes et mobilisées pour barrer la route aux anciens fossoyeurs de notre pays et défendre la République.

Aux composantes de Bennoo Bokk Yaakaar nous disons que la victoire sur le régime de Wade est encore à parachever. Il faut arrêter de se faire des illusions. Car les capacités de nuisance de Wade et de ses souteneurs demeurent encore intactes.

Nous disions dans notre déclaration du 10 avril 2012, juste après la défaite de Wade, que « Ce peuple désormais debout exige de nous trois attitudes :

-défendre sa victoire contre le monstre incarné par le régime anti-démocratique de WADE dont les capacités de nuisance sont encore réelles et lui faire rendre gorge,

-œuvrer à la réalisation des ruptures nécessaires à la création des conditions de son épanouissement dans tous les domaines,

-préserver sa victoire contre d’éventuels prédateurs et usurpateurs qui naîtraient de la nouvelle gouvernance. ».

Cette déclaration demeure encore actuelle et fait exigence à la coalition BBY comme à ses composantes de parfaire son organisation et son fonctionnement afin de pouvoir de manière concertée anticiper et faire face en assumant pleinement, en toute responsabilité les politiques de rupture et en conséquence de défense de l’alternance contre les forces de la réaction qui ne reculeront devant rien pour la subvertir.

Il s’agit dans cette dynamique de prendre en charge les tâches de refondation institutionnelle et de redressement économique et social au service du peuple pour toute la période à venir.

Le Rta-S/Péncoo Réew encourage le Président de la république, Macky Sall et le gouvernement de Bokk Yaakaar sous la direction d’Abdoul Mbaye à demeurer dans cette dynamique de rupture de manière ferme et conséquente et appelle leur attention sur tout ce qui pourrait la discréditer.

Pour le Rta-S/Péncoo Réew, la chasse contre les spoliateurs et voleurs en tout genre des deniers publics ne doit pas connaître discrimination. L’aspiration du peuple est qu’aussi bien les voleurs de centaines de millions que ceux de milliards, tous doivent subir la rigueur de la loi. TOUS DOIVENT RENDRE GORGE ! NON A L’IMPUNITE !

Dans cette perspective le Rta-S préconise la mise en place d’un mouvement large, populaire et citoyen regroupant des politiques comme des non politiques (mouvements citoyens…) autour de cette revendication centrale : LE RECOUVREMENT DES DENIERS PUBLICS DETOURNES ET LA PUNITION DES DETOURNEURS.

RÉEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !

Fait à Dakar le 13 novembre 2012                                                                      Le Secrétariat Politique

momar samb

[Interview] Momar Sambe, SG du RTAS

Le mardi 9 octobre 2012, le journal “Le Pays au quotidien” a accordé un entretien à Momar Samb, SG du RTAS.

Que devient Momar Samb depuis l’élection de Macky Sall votre candidat dans le cadre de la coalition Benno Book Yakaar?

Momar Samb avec le Rta-S/Péncoo Réew poursuit le combat dans la dynamique de Bennoo Bokk Yaakaar, sur la base des accords politiques Read more

posterts

Soutien aux travailleurs de la RTS et de la Poste!

Pour des services publics de qualité,

Soutenons la lutte des agents de la RTS et de la POSTE !

Le SYNPICS/RTS et le SNTPT/La POSTE appellent aujourd’hui à une manifestation pacifique pour un service public de qualité dans ces sociétés. Ce combat mené par les travailleurs depuis de longues années au prix de sacrifices énormes interpelle tous les citoyens épris de justice et soucieux de la qualité des services rendus par toutes les sociétés nationales que sont la RTS et la POSTE.

 

Diabolisés et persécutés sous le régime monstrueux de WADE dont la seule préoccupation suprême était l’assouvissement de ses intérêts claniques et partisans, les agents de la RTS et de la POSTE, ont toujours tiré la sonnette d’alarme pour la sauvegarde de l’intérêt national et la préservation du service public.

 

Avec l’avènement de la seconde alternance avec l’élection de Macky Sall, les mêmes pratiques de gestion non vertueuses ont cours dans ces sociétés nationales dont les directeurs généraux continuent de poser des actes innommables en violation des règles de bonne gouvernance.

 

Concernant la RTS, L’endettement insupportable de la RTS vis-à-vis de ses fournisseurs constitue un goulot d’étranglement pour la réalisation optimale du service public au grand bonheur des populations sur l’ensemble du territoire national. Au surplus, une telle situation compromet terriblement le développement performant des entreprises fournisseurs d’équipements. La gestion scandaleuse du personnel, révélant un népotisme purulent, foule au pied quotidiennement les intérêts des travailleurs dont les frais de mission ne sont pas totalement acquittés depuis trois ans. Les sommes prélevées sur leurs salaires pour couvrir les frais de l’IPM ne sont toujours pas versées et les arriérés se chiffrent à 60 millions de FCFA

Pour ce qui est de la POSTE, la mal gouvernance dénoncée depuis fort longtemps avec des recrutements massifs, inconsidérés a fait passer la masse salariale de 05 à 10 milliards, et continue de traîner toutes les tares liées au clientélisme, à la gestion de contrats nébuleux, aux violations des libertés syndicales. Il s’y ajoute la confection d’organigrammes taillés sur mesure et la suppression de la commission de nomination des receveurs et chefs de centre. Désormais, c’est le pouvoir discrétionnaire du DG qui est érigé en règle de gestion.

Dans les conditions d’aujourd’hui, ces pratiques doivent être bannies. Et il est inadmissible pour un gouvernement qui s’inscrit dans une dynamique de redressement économique et social du pays de rester impuissant devant ces pratiques de destruction des services publics de la RTS et de la POSTE.

Le Rta-S/Péncoo Réew exprime son soutien militant aux travailleurs de la RTS et de la POSTE pour leur mobilisation et leur lutte constantes autour de revendications légitimes pour le seul intérêt de la nation.

 

Le Rta-S/Péncoo Réew lance un appel pressant au Président de la République et au Gouvernement de Abdoul Mbaye de réagir dans le sens d’apporter les réponses de rupture seules à mêmes de sauver ces sociétés.

 

RÉEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !

 

Dakar, le 16 octobre 2012                                                                                          Le Secrétariat Politique 

busthantia

Communiqué de presse

Réuni en séance ordinaire, le 23 octobre 2012, le Secrétariat du RTA-S/Péncoo Réew a examiné entre autres questions la situation politique nationale marquée par les violences de la journée du lundi 22 octobre.

 

Plus de cent trente (130) véhicules saccagés, quatre (04) bus calcinés, plus d’une dizaines de blessés dont des femmes violentées. Voilà le bilan provisoire de la folle journée du 22 octobre du fait des actes de vandalisme commis par des groupes de personnes, réclamant la libération de leur guide religieux, Cheikh BéthioThioune. Le vendredi 19 octobre déjà, des manifestations avaient eu lieu et on avait dénombré quelques 06 cars saccagés, prélude à ce qui allait se passer le 22 octobre.

 

Le plus révoltant dans ces actes réside dans les attaques contre des personnes sans défense, l’exercice sur celles-ci d’une violence gratuite qui attente à leur intégrité physique, détruit ou subtilise leurs biens gagnés à la sueur de leur front.

 

Le Secrétariat politique du RTA-S/Péncoo Réew, choqué et indigné par ces actes de violence gratuite et aveugle, les condamne avec la dernière énergie et appelle toutes les forces démocratiques politiques ou de la société civile à en faire de même. Il est inadmissible dans une république démocratique qui se respecte que de tels actes soient perpétrés à l’encontre des populations. Rien, absolument rien ne le justifie !

 

Il est tout aussi inadmissible de faire dans l’amalgame, comme s’y essaie le PDS, en tentant de faire croire à l’opinion que l’arrestation et la détention du Sérigne Béthio Thioune relèveraient d’un complot politique. Or tout le monde sait que cette arrestation est liée au double meurtre commis sur des citoyens sénégalais, pères de famille. Il est important dans cette affaire de dire avec force qu’il faut laisser à la justice faire son travail et qu’il ne faut en aucun cas céder au chantage de la terreur et de l’intimidation. Force doit rester à la loi !

 

Mais on le sait, le PDS est entré dans une passe difficile, depuis qu’il a été sanctionné par le peuple sénégalais. Il doit faire face aux multiples turpitudes de sa gouvernance calamiteuse, désastreuse pour le peuple et pour laquelle, il doit rendre compte. De ce point de vue, le combat contre ce parti doit se poursuivre pour annihiler toutes ses capacités de nuisances.

 

Il n’empêche cependant que le gouvernement doit prendre toute la mesure de ses faiblesses et défaillances dans la gestion sécuritaire de ces évènement dramatiques du 22 octobre pour se rendre compte de l’écart qu’il y a eu entre l’ampleur des dégâts et la sécurisation effective des personnes et des biens par les forces de l’ordre. Il lui faut corriger pour prendre en charge de manière effective et pleine sa mission régalienne de protection des personnes et de leurs biens.

 

C’est là un défi essentiel à relever, si l’on veut réellement œuvrer dans le sens du redressement économique et social. Il faut que la dynamique de rupture permette dessoucher l’impunité dans notre société afin de rétablir le droit et la justice comme référentiels incontournables dans notre pays.

 

Le Secrétariat politique du RTA-S/Péncoo Réew lance un appel aux composantes de BBY de prendre toute leur part dans ce combat qui doit être celui de toutes les forces de l’alternance mais surtout des citoyens et citoyennes de ce pays assoiffés de justice.

 

RÉEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !

 

Fait à Dakar, le 24 octobre 2012                                                                                 Le Secrétariat Politique